Diagnostic de performance énergétique : kézaco ?

 

Ca y’est, vous avez décidé de faire le pas de l’investissement immobilier. Un magnifique appartement neuf dans le XIXème arrondissement de plus de 100m2 en duplex vous a tapé dans l’oeil. Vous jetez un oeil à ses caractéristiques techniques et sa consommation en énergie. D’après le tableau de sa performance énergétique, il est très peu énergivore !

 

Le problème, c’est que toutes ces données énergétiques ne sont pas forcément claires. Notre note pour ne rien rater.

 

Un diagnostic de performance énergétique (DPE) du bien doit obligatoirement être fourni à l’acheteur au moment du compromis de vente. Il a pour but de lui donner toutes les informations sur l’isolation thermique du bien, donc des potentiels coûts de chauffage, voire travaux d’isolation. Il renseigne aussi ses émissions de gaz à effet de serre.

 

Il décrit :

  1. Les équipements : ventilation, chauffage, eau chaude
  2. La source d’énergie : thermique, fioul, bois, électricité, gaz
  3. La consommation annuelle

 

Il comporte :

  1. Un étiquetage de A à G, du vert au rouge de votre bien : c’est l’étiquette énergétique.
  2. Un second étiquetage de A à G, du blanc au violet : l’étiquette climat
  3. Une estimation en euro de vos coûts, qui vous permet d’avoir une idée générale du prix total du bien (qui ne se limite pas au prix de vente !).
  4. Il intègre aussi des recommandations de travaux énergétiques que vous pourriez réaliser pour diminuer votre empreinte, mais plus généralement tous types de mesures pour économiser de l’énergie.

 

Ce diagnostic est effectué par un technicien certifié, aux frais du vendeur. Il est valable 10 ans, mais nous vous conseillons de le renouveler si vous avez effectué une mise à niveau écologique de votre bien, puisqu’un bien économique et écologique se vend potentiellement plus cher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *