#Gérer #Patrimoine Le blog immobilier par Guy Hoquet Citylife

Louer son appartement pour les vacances : fausse bonne idée ?

Louer son appartement pour les vacances : fausse bonne idée ?

Envie de profiter d’un complément de revenu pour faire des travaux chez vous ou rembourser votre crédit immobilier, par exemple ? Louer votre résidence principale pendant les vacances semble alors la solution idéale : vous fixez vous-même le prix, la période et la durée de cette location. Pourtant, cela peut également présenter certains inconvénients. Pour éviter les erreurs, cet article Guy Hoquet CityLife partage avec vous ses meilleurs conseils.

Comment louer son appartement ?

Pour commencer, sachez qu’il vous faudra respecter certaines règles. Ainsi, il est interdit de proposer sa résidence principale à la location plus de 120 jours par an, car cela constitue une concurrence déloyale vis-à-vis des établissements hôteliers qui sont, eux, soumis à la taxe de séjour. De même, à Paris et autres grandes villes, vous serez tenu d’obtenir un numéro d’identification pour votre appartement qui devra par la suite obligatoirement figurer sur votre annonce. Attention également, si votre bien fait partie d’une copropriété, prenez garde de consulter le règlement au préalable.

Vous pouvez aussi choisir de louer votre résidence secondaire. Dans ce cas-là, vous pourrez dépasser la limite de 120 jours de location par an. Vous devrez cependant effectuer une déclaration d’un meublé de tourisme dans votre mairie. Dans certaines villes, cette déclaration est remplacée par le numéro d’identification mentionné plus haut.

Quelle que soit la résidence que vous choisissez de mettre en location, contactez votre assurance pour qu’elle en soit informée. Vous pouvez même souscrire une extension de garantie. Cela vous permettra d’être couvert en cas de problème. Les revenus perçus à travers cette location de votre duplex devront être déclarés au fisc, car ils sont soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie BIC (bénéfices industriels et commerciaux).

Une fois les documents nécessaires remplis, vous pouvez passer à la rédaction de votre annonce. C’est le moment de mettre en valeur les atouts de votre bien. À Paris 11 ou Paris 12, insistez sur la proximité de votre studio avec les transports en commun (RER A, ligne 1, ligne 8), les gares (Gare de Lyon) ou les zones touristiques (Bastille, rue du Faubourg-Saint-Antoine).

Maintenant que votre annonce est prête, il ne vous reste plus qu’à la publier sur des sites de location saisonnière tels que : Homelidays.com, Sejourning, Airbnb, etc. Vous pouvez aussi confier la gestion de votre bien à l’expertise immobilière d’une agence du réseau Guy Hoquet CityLife pour plus de tranquillité.

Pour finir, si vous êtes locataire et souhaitez sous-louer votre logement pour l’été, veillez à prévenir votre bailleur et à obtenir son autorisation avant d’entreprendre quoi que ce soit.

Quels sont les inconvénients et comment les éviter ?

Commencez par prendre en compte le temps que vous allez devoir consacrer à votre annonce pour qu’elle soit la plus attrayante possible. Il vous faudra également répondre aux sollicitations des personnes intéressées par votre bien. De même, n’oubliez pas que la remise des clés et leur restitution, l’état des lieux et le ménage seront tous à votre charge.

Autre inconvénient, vous ferez peut-être l’expérience de locataires indélicats. Pour éviter les mauvaises surprises, nous vous recommandons vivement d’appliquer ces quelques astuces :

  • Mettre vos objets précieux à l’abri ;
  • Signer un contrat ;
  • Demander un chèque de caution ou un acompte.

Pour vous prémunir des vols, cachez tous vos objets de valeur dans des endroits difficiles d’accès ou chez une personne de confiance. En cas de dommages, vous saurez qu’ils sont en sécurité. Envisagez aussi de faire un inventaire de vos biens, au cas où.

Nous vous conseillons d’établir un contrat signé par les parties concernées. Organisez également un état des lieux à l’arrivée et au départ de vos locataires.

Une somme d’argent donnée en avance est aussi un bon moyen de prévenir les dégradations. C’est pourquoi nous recommandons de demander un acompte d’environ 25 % du coût global de la location. Vous pouvez également exiger un chèque de caution.

Le blog de l'immobilier parisien

Notre réseau d'agences immobilières à Paris